Non dualité

Le désir et l’aversion n’ont rien de personnel ; personne ne peut prétendre en être seul détenteur ; ils appartiennent à l’humanité. Nous pouvons apprendre à lâcher cette idée personnalisée que nous avons de nos états mentaux et cela nous libérerait d’un sérieux obstacle.

S’accepter soi-même

La seule chose qui soit réelle, c’est que nous avons six racines en nous : trois racines bénéfiques et trois qui sont néfastes. Ces dernières sont l’avidité, l’aversion et l’ignorance de la réalité ; mais il y a aussi leurs contraires : la générosité, l’amitié bienveillante et la sagesse. Intéressez-vous à cette question en toute sérénité.

Connaître, comprendre… et pratiquer les jhâna !

Parmi les différentes pratiques de méditation bouddhistes, celle des jhâna reste certainement la plus méconnue. Bien qu’elle occupe une place extrêmement importante dans les textes – et qu’elle soit même celle que le Buddha pratiqua juste avant d’atteindre l’Eveil… – son enseignement n’a pas été autant diffusé en Occident que celui de la méditation dite de “Vipassana”. Certains disent même que les jhâna ne sont pas nécessaires à la Libération, mais parvenir aux jhâna présente pourtant beaucoup d’avantages et, depuis une dizaine d’années, elle

NE SOUS – ESTIMEZ PAS LES SOUILLURES ;

La méditation est un travail de la conscience, un travail de présence. Ce n’est pas un travail du corps. Ce n’est pas ce que vous faites avec votre corps, la façon dont vous vous asseyez, marchez ou bougez. La méditation, c’est faire l’expérience du corps et de la conscience avec intimité, d’instant en instant, avec la compréhension juste.

Les bienfaits de la méditation en marchant

La méditation en marchant peut apporter un développement spirituel. Elle est aussi importante que la pratique de l’attention à la respiration ou de l’attention aux mouvements de l’abdomen. C’est un outil efficace qui peut nous aider à nous libérer de nos entraves mentales. La méditation en marchant peut nous aider à développer la vision intérieure de la nature des choses, et nous devons la pratiquer avec autant d’assiduité que nous pratiquons la méditation assise, ou d’autres formes de méditation.