Les refuges

Extrait du livre « Travailler avec les cinq obstacles », Ajahn Thiradhammo.

La formule utilisée pour prendre les préceptes commence par en engagement à « prendre refuge » dans le Bouddha, le Dhamma et le Sangha – « les trois refuges ». Pour la majorité des bouddhistes, cela signifie prendre pour guides ou modèles le Bouddha historique, son enseignement et le Sangha monastique contemporain. Le but de cette prise de refuge est d’avoir une image ou une qualité noble qui soit plus grande que nous et qui puisse nous guider ou nous servir d’idéal, d’exemple à suivre.

Ceci est particulièrement utile dans la pratique de la méditation. En effet, on passe beaucoup de temps à travailler intérieurement et on court le danger de devenir trop absorbé par soi, de sorte que lorsque des difficultés apparaissent, on n’a personne vers qui se tourner. Bien que le Bouddha ait beaucoup insisté sur le fait que nous sommes seuls sur la voie, il a aussi souligné l’importance des amis spirituels et d’un contexte favorable à la pratique. Ainsi, le fait d’avoir un noble principe auquel se référer peut soulager notre fardeau.

Être assis en méditation à observer nos obstacles pendant des heures tous les jours peut finir par être assez déprimant. Mais savoir que le Bouddha a dû traverser les mêmes épreuves sinon pires, nous permet d’avoir une meilleure perspective sur nos problèmes. Parfois, quand l’esprit est écrasé par la négativité, le simple fait de se souvenir que la vérité du Dhamma est toujours présente peut nous donner un regain de patience pour permettre à la négativité de passer. Et même si chacun de nous poursuit sa propre pratique, il est bon de se souvenir qu’il existe toute une communauté de pratiquants spirituels – le Sangha – engagés dans la même pratique même si nous ne les voyons pas. Nous ne sommes pas seuls ; nous faisons partie d’une histoire de 2600 ans d’efforts spirituels.

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec la culture bouddhiste, il est également possible de considérer les trois refuges comme « sagesse, vérité et engagement » ou toute autre formule qui soit source d’inspiration, d’encouragement et d’aide sur la voie.

Source du texte   Dhamma de la forêt