Résumé

Extrait du texte « Travailler avec les cinq obstacles » d’Ajahn Thiradhammo

La léthargie et la somnolence sont des effets ressentis par la plupart des personnes qui essaient de développer la méditation.

C’est peut-être davantage un problème pour ceux qui vivent dans un climat froid, qui sont habitués à une activité importante et qui, ensuite, s’engagent dans l’exercice plus passif de la méditation assise.

Cependant, même si ces états sont désagréables et frustrants, il s’agit essentiellement de développer une relation plus équilibrée entre l’énergie physique et l’énergie mentale.

Plutôt que de lutter contre la léthargie et la somnolence, il peut être plus bénéfique et intéressant d’étudier la nature de l’énergie humaine.

D’où vient-elle ?

Comment s’épuise-t-elle ?

Comment peut-elle être revitalisée ?

Souvent, c’est précisément le fait de vouloir se débarrasser de la léthargie ou de la somnolence qui nous fatigue.

Essayer de se débarrasser de quelque chose est souvent épuisant.

Mais si nous sommes capables de nous arrêter et de nous demander : « Que se passe-t-il dans ce corps et dans cet esprit ? », nous apporterons probablement davantage de clarté et d’énergie à la pratique.

Investiguer sur la véritable nature des choses peut être exaltant et stimulant, et peut nous conduire à la libération par la sagesse.

Essayons donc de travailler avec cet obstacle de manière habile pour découvrir en nous une source d’énergie plus profonde, qui ne dépend ni de la volonté ni de l’inspiration, mais qui prend sa source dans notre potentiel de sagesse ultime.

Source du texte   Dhamma de la forêt