Agitation et remords

Extrait du livre « Travailler avec les cinq obstacles », Ajahn Thiradhammo.

Brahmane, si un homme doté d’une bonne vue essayait de voir son reflet dans de l’eau que le vent agite et fait tourbillonner, produisant des vagues, il ne se reconnaîtrait pas et ne se verrait pas tel qu’il est vraiment. De même, si l’esprit de quelqu’un est envahi par l’agitation et le remords, submergé par l’agitation et le remords…

Le quatrième obstacle a également deux aspects : l’agitation (uddhacca) et le remords ou inquiétude (kukkucca).

Uddhacca signifie «absence de repos, agitation, excitation, distraction ».

Le Chemin de la pureté ajoute : « Uddhaca a la caractéristique de l’inquiétude, comme l’eau fouettée par le vent. Sa fonction est l’instabilité, comme un drapeau ou une bannière fouettée par le vent.

Cela s’exprime sous forme d’agitation, comme des cendres qui se soulèvent quand on les bombarde de pierres… » Kukkucca signifie « remords, scrupule, inquiétude ».

Le Chemin de la pureté l’explique ainsi : « Kukkucca a pour caractéristique le regret ultérieur. Sa fonction est de causer du chagrin à propos de ce qui a été fait et de ce qui n’a pas été fait. Cela se manifeste sous forme de remords. Sa cause immédiate est ce qui a été fait et ce qui n’a pas été fait. On peut considérer cette affliction comme un esclavage. »
L’agitation est fondamentalement un état d’excès d’énergie – le contraire de la léthargie – et peut se manifester aussi bien physiquement que mentalement ou spirituellement.

L’agitation physique peut avoir un impact sérieux sur l’esprit, tandis que l’agitation spirituelle imprègne notre vie jusqu’à l’éveil complet.

Quant au remords, c’est le regret, le chagrin ou l’inquiétude à propos de « ce qui a été fait et ce qui n’a pas été fait », autrement dit, une inquiétude excessive pour les erreurs passées.

La plupart du temps, on traduit kukkucca par « inquiétude » mais comme il s’agit d’une inquiétude particulière causée par une faute de conduite, il semble approprié d’utiliser le mot « remords » et d’expliquer l’inquiétude dans sa connotation plus large, en tant que forme de doute, au chapitre suivant.

Bien qu’il arrive souvent que l’on ressente du remords pour avoir commis une faute ou une erreur ou pour avoir offensé quelqu’un, lorsque cela devient une obsession, il risque d’en découler une ronde interminable de pensées culpabilisantes ou de récriminations intérieures.

C’est ainsi que le remords stimule parfois l’agitation et que l’agitation peut déclencher le remords.

Il existe également des différences sensibles entre eux.

Source du texte   Dhamma de la forêt