Pour travailler habilement avec les différents obstacles, un certain travail préparatoire peut s’avérer extrêmement utile et apporter un précieux soutien. Nombreux sont ceux qui se lancent dans la méditation, généralement dans l’espoir de trouver une solution miracle, sans grande préparation, sans guère de connaissance du contexte ni des conséquences, et sans la moindre idée des dangers potentiels.

Tout d’abord, la méditation ne convient pas aux personnes qui sont dans un état de déséquilibre psychologique. Les exercices de concentration peuvent apporter ancrage et force à l’esprit, mais ils peuvent aussi aggraver les perturbations mentales. Par ailleurs, même si le calme et la paix de l’esprit générés par la méditation peuvent être très reposants et réparateurs, ils donnent aussi l’occasion à des éléments inconscients de remonter au conscient.

Toutefois il existe toute une palette d’activités, de pratiques, d’attitudes et de connaissances qui sont extrêmement utiles pour créer des conditions propices, permettant aux exercices spirituels de porter les fruits les plus bénéfiques.

Les trois piliers de l’Action Juste, fondements de la pratique bouddhiste, sont la générosité, la vertu et la méditation. Bien que différents, ils fonctionnent de concert pour étoffer notre pratique spirituelle de sorte qu’elle pénètre tous les domaines du « moi ». Par tradition, la générosité est la première des pratiques pour la majorité des bouddhistes laïcs. Ils vont au monastère et se donnent beaucoup de mal pour faire des offrandes aux moines et aux nonnes. Certains restent un moment et prennent les préceptes (12) mais la plupart rentrent chez eux avant que ne commence la méditation. Ils ont créé des conditions favorables et propices au développement mental mais ils oublient la dernière étape alors que ces trois façons de pratiquer de manière juste doivent absolument s’articuler entre elles.

(12 ) Il s’agit des cinq préceptes que le Bouddha a recommandé aux laïcs de suivre. S’efforcer de :

1) respecter la vie ;

2) respecter la propriété d’autrui ;

3) parler honnêtement et utilement ;

4) avoir un comportement sexuel responsable ;

5) ne pas consommer drogue et alcool pour garder l’esprit clair.

Source du texte   Dhamma de la forêt