Le don du Dhamma surpasse tout les dons

Il existe une parabole célèbre au sujet d’un piège à singe du genre de ceux qu’on utilise en Asie – une cage en bois comportant une petite ouverture. À l’intérieur se trouve une friandise. Attiré par la friandise, le singe introduit sa patte dans l’ouverture et s’en empare. Lorsqu’il veut retirer la patte, il n’arrive plus à la faire passer à travers l’ouverture étroite car elle est refermée sur la friandise. Il est pris au piège, jusqu’à ce que le chasseur arrive et le capture. Il ne se rend pas compte que la seule chose à faire pour être libre serait de lâcher sa friandise. C’est ainsi que nous vivons. Nous sommes pris au piège parce que nous voulons une vie douce et agréable. Incapables de lâcher prise, nous sommes piégés dans le cycle sans fin du bonheur et du malheur, de l’espoir et du désespoir.

Il existe une parabole célèbre au sujet d’un piège à singe du genre de ceux qu’on utilise en Asie – une cage en bois comportant une petite ouverture. À l’intérieur se trouve une friandise. Attiré par la friandise, le singe introduit sa patte dans l’ouverture et s’en empare. Lorsqu’il veut retirer la patte, il n’arrive plus à la faire passer à travers l’ouverture étroite car elle est refermée sur la friandise. Il est pris au piège, jusqu’à ce que le chasseur arrive et le capture. Il ne se rend pas compte que la seule chose à faire pour être libre serait de lâcher sa friandise.
C’est ainsi que nous vivons. Nous sommes pris au piège parce que nous voulons une vie douce et agréable. Incapables de lâcher prise, nous sommes piégés dans le cycle sans fin du bonheur et du malheur, de l’espoir et du désespoir.