Le brandon

Canon Pali

Aṅguttara Nikāya
95. Le brandon

«Moines, on trouve de par le monde ces quatre types d’individus. Quels sont ces quatre?

Celui ou celle qui ne pratique ni pour son bénéfice, ni pour celui des autres.
Celui ou celle qui pratique pour le bénéfice des autres, mais pas pour le sien propre.
Celui ou celle qui pratique pour son bénéfice propre mais pas pour celui des autres.
Celui ou celle qui pratique pour son bénéfice et aussi pour celui des autres.

«De même qu’un brandon tiré d’un bûcher funéraire—brûlant par les deux bouts, couvert d’excréments au milieu—ne sert de combustible ni dans un village, ni dans le désert: je vous dis que c’est là pareil qu’individu qui ne pratique ni pour son bénéfice, ni pour celui des autres.

L’individu qui pratique pour le bénéfice des autres, mais pas pour le sien propre est le plus élevé et le plus raffiné de ces deux.

L’individu qui pratique pour son bénéfice propre mais pas pour celui des autres est le plus élevé et le plus raffiné de ces trois.

L’individu qui pratique pour son bénéfice et aussi pour celui des autres est, de ces quatre, le plus éminent, le chef, le plus remarquable, le plus élevé et suprême.

De même que c’est de la vache que provient le lait; du lait que provient la crème; de la crème, le beurre; du beurre le ghee; du ghee, la fleur du ghee; et de ces quatre, cette fleur est réputée la meilleure—de la même manière, de ces quatre, l’individu qui pratique pour son bénéfice et pour celui des autres est le meilleur, le chef, le plus remarquable, le plus élevé et suprême.

«Ce sont là les quatre types d’individus qu’on peut trouver dans le monde.»

https://suttacentral.net/fr/an4.95